Histoire

Saint-Clair, surnommé de Rovillo dans les actes anciens (on dit aujourd’hui Roubillous) fut parmi les paroisses cédées en 1287 par Philippe le Bel à Édouard Ier, Roi d’Angleterre. Cependant au spirituel, l’évêque de Cahors avait la collation directe de la cure.

L’Église fut d’abord un édifice roman, dont il reste encore la base des murs avec une ancienne porte du côté du cimetière. Rebâtie après la guerre de Cent Ans, sans doute au début du siècle, elle fut ruinée aux guerres de religion. Depuis lors, non seulement elle n’a jamais été entièrement restaurée, mais elle s’est presque toujours trouvée dans un état de pauvreté et d’abandon, plusieurs fois constaté et déploré par les curés successifs. Cette situation est due au fait qu’il y a sur le territoire de Saint-Clair deux autres églises, jadis considérées comme annexes : Colonges et Saint-Michel d’Ursaud et que la population, même à l’époque où elle comptait plus de 500 habitants, dispersée entre trois cellules de culte, se réduisait à peu de choses.

Sur le territoire actuel de Saint-Clair, existait autrefois la très ancienne église de Sigouhac dédiée à Saint Pierre, qui fut annexe de Saint-Vincent de Lespinasse. Elle fut vendue en 1809 au profit des réparations à faire à l’église du chef-lieu. On a trouvé auprès les substructions d’un temple romain, et le cimetière renferme encore des sarcophages en pierre.

Notre patrimoine

Comme toute la région, le territoire de notre commune a été peuplé depuis des temps fort reculés.

Des vestiges retrouvés en plusieurs endroits en témoignent : silex taillés, outils préhistoriques et peut-être aussi peuplement de cavernes. De l’époque romaine, des sites ont été plus sûrement localisés : soubassements, mosaïques autour de Sigonhac, de Colonges…

Le patrimoine actuel de Saint-Clair, d’époque moins lointaine, se borne donc aux bâtiments communaux : mairie, salle des fêtes, local technique, ancienne école, église de Saint-Clair avec son presbytère, église de Colonges, ancienne gare de la Gravette.

L’église de Saint-Clair, d’après le dictionnaire des paroisses de Tarn-et-Garonne,  serait d’origine romane, fin XIe début XIIe mais remaniée à plusieurs reprises à la suite des dégâts subits pendant la guerre de Cent ans et les guerres de religion.

L’église de Colonges a une origine gallo-romaine, indiquée à la fois par son nom, qui témoigne sans doute d’un établissement agricole, et par sa situation sur une voie antique empruntant la vallée de la Barguelonne. L’église aujourd’hui annexe de Saint-Clair, était avant la révolution chef-lieu de paroisse et devint au XIIIe siècle le siège d’un prieuré relevant de l’abbaye de Marcilhac (Lot).
Cette église, dédiée à Sainte Marie-Madeleine, est un édifice roman remanié au XVIe siècle. L’abside semi-circulaire, voûté en cul-de-four, a perdu sa corniche primitive. L’arc triomphal en plein cintre est caché en partie par le plafond en berceau qui couvre la nef, ses chapiteaux à feuillage très primitif gardent quelques réminiscences antiques. Deux chapelles latérales ont été ajoutées au début du XVIe siècle.
Le fond de la nef a été entièrement rebâti à la fin du XIXe siècle, a été refait alors le portail, ouvert au sud dans le cimetière, et le mur occidental que surmonte un clocher triangulaire.
Le mobilier conserve un autel en bois du XVIIIe siècle, deux prie-dieu de style Louis XIII et un plat de quête en dinanderie (XVIe siècle). Dans les chapelles se trouve un banc de pierre qui fait saillie à la base des murs sur tout le pourtour.